Click on the slide!

Douze ans de privatisation des chemins de fer belges : une longue série de fiascos

On nous avait dit que la reconversion de la SNCB en entreprise privée améliorerait la qualité des services et permettrait…

Suite...
Click on the slide!

Société : L'impôt, bouc émissaire de la crise

Une étude récente le confirme : nous ne savons toujours pas à quoi servent nos contributions… Drôle d’époque, non ?…

Suite...
Click on the slide!

Les Hostos du coeur : Franc succès pour la première soirée des "Emplâtrés"

Hier soir, la première soirée des « Emplâtrés », animée par le toujours jeune Naqui, a permis de récolter des…

Suite...
Click on the slide!

La Ville de La Louvière ne peut pas remplacer la grande échelle des pompiers

Les hommes du feu de La Louvière avaient constaté d’importants dégâts à la grande échelle après leur intervention à la…

Suite...
Click on the slide!

Forma-Pute ou comment vendre son corps en toute sécurité ?

Forma-Pute a ouvert son école itinérante il y a maintenant trois mois. Christine, sa fondatrice, explique avoir eu l'idée grâce…

Suite...
Click on the slide!

Hôpitaux psychiatriques fermés

Le dernier hôpital psychiatrique du pays a fermé ses portes hier suite aux réductions massives des cotisations sociales ces dernières…

Suite...
Click on the slide!

Tragique méprise à Wellin : un jeune homme abattu par la milice

Le seul tort de la victime : être dehors ! Hier à Wanze, un jeune homme de 22 ans a…

Suite...
Click on the slide!

A la Une

La plupart des gens travaillent jusqu’à leur mort, ou presque… Le coût exorbitant de l’accès à l’eau potable et aux…

Suite...
Click on the slide!

Football : Adieu l'Euro 2036 !

La reconstruction du stade Roi Baudouin est à nouveau reportée. L’information est tombée hier après-midi lors de la conférence de…

Suite...
Click on the slide!

Enfin des congés efficaces !

Depuis peu, une nouvelle façon de valoriser les week-ends ou les quelques jours de congés payés auxquels ont encore droit…

Suite...
Click on the slide!

Réforme de l'enseignement obligatoire : trois bon points pour le ministre Préaux

L’opposition réclamait la réforme de l’enseignement depuis belle lurette. Il devenait en effet difficile de contraindre les parents à inscrire…

Suite...
Click on the slide!

Interview : Les Services publics, c'était quoi?

Les services publics disparaissent peu à peu. Privatisés pour les uns, purement et simplement supprimés pour les autres. Combien sommes-nous…

Suite...
Click on the slide!

Troc et Broc

Il est 5h du matin, et comme chaque lundi devant la gare de Gedinne les affaires commencent pour Rachid, coordinateur…

Suite...
Click on the slide!

Les retraites en deuil : Tristesse à Flobecq

Sébastien Maes, l’un des derniers bénéficiaires de l’ancien système de pension légale, est mort dimanche dernier à l’âge de 71…

Suite...
Click on the slide!

L'avenir de l'enseignement

La « Flexsécurité », ce n’est ni nouveau ni spécifique à la Belgique. En effet, c’est dans les années 1990,…

Suite...
Click on the slide!

Le Ras-le-bol des bénévoles de la "Soupe populaire" !

La décision prise la semaine dernière d'arrêter la distribution de la soupe populaire et des colis alimentaires est en contradiction…

Suite...
Click on the slide!

Bilan mobilité des années 20 : La quadrature des roues

Un manque criant d'investissements et une absence totale de prévisions politiques ont rendu la mobilité insupportable sur les grands axes…

Suite...
Click on the slide!

La loterie de la solidarité - 1er tirage

Tentez votre chance à la grande loterie de la solidarité et découvrez comment via nos impôts et nos cotisations sociales…

Suite...
Click on the slide!

A la T.V. ce soir...

En difficultés financières, depuis la renégociation de son contrat-programme, la télévision publique s’est vue contrainte de raboter ses émissions. Les…

Suite...
Click on the slide!

Le taux de natalité est en hausse en Wallonie

Le département de la démographie de l’Administration des Pouvoirs locaux de la Région Wallonne vient de publier son rapport annuel.…

Suite...
Click on the slide!

Etat d'alerte à Wavre

La milice privée du quartier résidentiel de Wavre s’en prend à un jeune braqueur tandis qu’à Nivelles, la violence explose…

Suite...
Click on the slide!

Petite enfance

On savait que le dernier centre de consultations de l'Office de la Naissance et de l’Enfance (O.N.E.), situé à Verviers,…

Suite...
Click on the slide!

L'Europe en proie à des pénuries d'eau potable

La construction de nouveaux boucliers antimissiles aux abords des cours d’eau les plus larges d’Europe est à l’origine de la…

Suite...
Frontpage Slideshow (version 1.7.2) - Copyright © 2006-2008 by JoomlaWorks
Accueil Le journal Santé

Qu'en pensez-vous?

Partager !

L'impopulaire - Santé
Hôpitaux psychiatriques fermés PDF Imprimer Envoyer

Le dernier hôpital psychiatrique du pays a fermé ses portes hier suite aux réductions massives des cotisations sociales ces dernières années.


hopitaux-psy-JFR-320x200Les réductions successives de cotisations sociales sont à l’origine des difficultés financières que connaissent les établissements psychiatriques depuis plusieurs années. Le dernier d’entre eux a finalement dû mettre la clef sous le paillasson hier. Actuellement, il n’existe plus aucun lit pour les malades mentaux en Belgique !

Télécharger l'article complet en PDF

Lire la suite...
 
Mortalité infantile PDF Imprimer Envoyer

La mortalité infantile est de 108 morts pour 1.000 naissances dans les régions les plus pauvres du pays.


Comme nous l’annoncions dans les colonnes de notre édition du 19 août dernier, la situation sanitaire se dégrade de jour en jour dans certaines grandes villes de Wallonie où le taux de mortalité infantile a atteint le triste record de 108 morts pour 1.000 naissances. Ce chiffre n’est plus très éloigné de celui atteint, en 2008, par l’Angola (162 morts), un des pays les plus pauvres d’Afrique. L’annonce du résultat de l’enquête, effectuée par le très sérieux Institut de statistiques de l'ULW, a fait l'effet d'une bombe. Les pouvoirs publics ont annoncé qu’ils allaient prendre des mesures pour enrayer le phénomène. Un communiqué de presse laconique du Ministre fédéral de la Santé annonce une réforme en profondeur des soins de santé. Le taux de mortalité élevé serait dû, en grande partie, à la recrudescence de maladies - tuberculose, coqueluche et streptocoques – qui, suite aux coûts prohibitifs de leur traitement, ne sont plus dépistées dans les (derniers) hôpitaux publics. L'écart est d'autant plus flagrant qu'il survient dans les villes les plus pauvres de notre pays, là où les cliniques privées ne se sont pas implantées. Partout ailleurs, le taux de mortalité continue de chuter.

Télécharger l'article complet en PDF

 
Petite enfance PDF Imprimer Envoyer
On savait que le dernier centre de consultations de l'Office de la Naissance et de l’Enfance (O.N.E.), situé à Verviers, était menacé de fermeture. Hier matin, à 9h30 précises, les forces de l’ordre ont empêché les deux infirmières, l'assistante sociale et le médecin pédiatre d’ouvrir la consultation au public. Les dérogations du Service Fédéral de la Santé n’ont pas eu raison des pressions du Conseil d'Administration de la Fondation pour l'Enfance Royanders. L'équipe au complet a été ovationnée par les quelque 500 parents inquiets pour l’avenir. Comment faire désormais pour prévenir les problèmes de santé des enfants ? Comment payer le coût exorbitant des vaccins obligatoires ?

Petite_enfance_CT_320x200C’est une nouvelle page de notre organisation sociale qui s’est tournée aujourd’hui. Désormais, les parents pourront encore bénéficier des services de santé préventive et du dépistage des maladies infantiles en inscrivant leur progéniture à la célèbre « Fondation Pour L'enfance Royanders », moyennant paiement d’une cotisation annuelle de 1.250 euros. Ils auront ainsi droit à une visite trimestrielle gratuite dans un des centres ainsi qu’aux vaccins obligatoires pour les enfants de 0 à 6 ans. Ces consultations sont situées uniquement dans les grandes agglomérations et il est peu probable que d’autres ouvrent leurs portes dans les zones suburbaines. « La politique de gestion globale de la Fondation Royanders, ne sera pas revue » a déjà précisé la Direction qui estime que la multiplication des infrastructures minimisera les profits des actionnaires. Un seul exemple pour bien comprendre : le centre le plus proche de Verviers, se situe à Liège, à plus de 25 kilomètres. Ceci présage de bien longues attentes pour les rendez-vous, comme ce fût déjà le cas l'année dernière avec la suppression des derniers centres de médecine du travail, remplacés par les « Bureaux médico-contrôle » du géant « Daxa Insurance ».

Une question demeure entière : comment vont faire les parents qui n’ont pas la possibilité de payer le montant de la cotisation annuelle à la Fondation ? Il faut sans doute se préparer à une recrudescence de maladies infantiles disparues depuis de nombreuses années grâce aux dépistages et aux vaccinations gratuites organisées jusqu’ici par l’O.N.E. Le Directeur Général de la Fondation a cependant proposé une solution dans une interview à notre confrère de l’Echo des Crashboursiers : « Les parents concernés pourront toujours emprunter le montant de la cotisation annuelle auprès de notre filiale Royanders Banque et Assurance au taux préférentiel de 4,80%. Nous sommes même disposés à proposer un taux de 1,50% à partir du 2ème enfant »…

I.M.
 
Les Hostos du coeur : Franc succès pour la première soirée des "Emplâtrés" PDF Imprimer Envoyer

Hier soir, la première soirée des « Emplâtrés », animée par le toujours jeune Naqui, a permis de récolter des fonds pour la construction des Hostos du Cœur. Cette nouvelle initiative des artistes permettra de soigner gratuitement les personnes qui ne sont pas couvertes par une assurance maladie et/ou hospitalisation.


hostos-du-coeur-320x200La soirée a démarré sur les chapeaux de roues avec l’interprétation de « J’ai la rate qui s’dilate » par Placeboh. Si le plus grand moment d'émotion fut assurément l’apparition de Serge Lapa entonnant son désormais mythique « Je suis malade » en compagnie de Doc Procto, il fallut attendre l’intervention du comique Djamoul Debbeze – fondateur des Hostos du Cœur - pour donner réellement du sens à cette soirée. « Aujourd’hui, on n’a pas plus le droit d’avoir faim que d’avoir mal ! » s’est insurgé le comédien avant de reprendre de plus belle : « Là où la Sécu a disparu, là où l’Etat n’intervient plus, il nous a paru urgent de parer au plus pressé pour soigner ceux qui souffrent. Ils sont nombreux à ne pas pouvoir se payer une assurance maladie suffisante. Mais nous voulons aussi que cette initiative solidaire soit temporaire. Le Gouvernement doit prendre ses responsabilités pour remédier à cette situation sanitaire épouvantable qui pourrait bien avoir des conséquences sur la santé de tous. » Djamoul s’est enfin adressé au Ministre de la Santé : « La solution n’est pas si éloignée de nous. Il y a quelques années encore un système de solidarité sociale permettait à tous, en ce compris les moins favorisés, de bénéficier de soins médicaux de qualité ».

Le rideau est tombé sur cette soirée avec la chanson « Ne tirez pas sur l’Ambulance » reprise en chœur par toute la troupe des « Emplâtrés ». Si les drames de santé publique sont inacceptables dans nos riches sociétés, on a quand même passé une très bonne soirée ! Vivement la sortie du CD et du DVD.

Des Restos aux Hostos du Cœur, il n’y a qu’un pas de 44 ans.

C’est en 1985 qu’un certain Coluche – comédien oublié de la seconde moitié du 20ème siècle – lançait les Restos du Cœur pour subvenir aux besoins des laissés-pour-compte. Aujourd’hui, alors que la pauvreté explose, bien rares sont ceux qui peuvent affirmer n’avoir jamais fréquenté ces cantines. Depuis cinq ans, le nombre des restos de ceux qui ont faim et froid ne cesse d’augmenter. On estime que chaque semaine, un nouvel établissement ouvre ses portes dans le monde. Leur nombre devrait bientôt dépasser celui des fast-foods « Mac Dingo ». Quarante-quatre ans après les « Restos », une nouvelle étape est franchie avec l’inauguration des premiers « Hostos ». On n’arrête pas le progrès…

Se. S

Télécharger l'article complet en PDF

 
L'Europe en proie à des pénuries d'eau potable PDF Imprimer Envoyer

Victimes de la surconsommation et de la pollution, les réserves d’eau potable européennes se tarissent petit à petit. L’eau est désormais devenue une denrée rare, dont le prix ne cesse d’augmenter. Seuls les plus nantis peuvent encore se payer le luxe d’une installation d’eau courante. Confrontés à la soif et aux maladies entrainées par des conditions sanitaires déplorables, des milliers d’Européens ont déjà fui vers l’Amérique Latine où l’eau, mais aussi le gaz et l’électricité, sont restés - ou plutôt redevenus - des biens publics inaliénables. Notre pays n’est pas encore directement touché par cet exode mais une enquête récente montre que certaines familles payent leur alimentation et leur consommation d’eau grâce à l’envoi régulier d’argent par des parents exilés.


pnuries-deau-potable-JFR-320x200La nouvelle compagnie européenne de traitement et de distribution d’eau potable, Water – Canal For Sale (WCFS), vient d’être absorbée par le géant international AQUANET, qui fait partie du top 5 des plus grosses entreprises mondiales.

Ce nouveau monopole sur le marché de l’eau n’augure cependant rien de bon. Les prix risquent de grimper dans des proportions que les observateurs ont encore bien des difficultés à évaluer. On voit en effet mal comment les actionnaires des grands groupes, habitués à exiger des dividendes allant parfois jusqu’à 20% de l’argent investi, vont accepter de diminuer leurs plantureux gains même si la situation sanitaire et humanitaire l’impose.

Depuis le développement du système d’achat d’eau « au poids » - largement inspiré de celui des recharges GSM ou des cartes d’électricité - de plus en plus de ménages belges achètent des packs « eau non-traitée » parce que les packs « eau potable » sont hors de prix.

L’Agence privée de Prévention de la Sécurité Sanitaire (A.P.S.S.) tire la sonnette d’alarme suite à la multiplication des cas de choléra. « La maladie progresse autant dans les campagnes que dans les villes. Elle touche principalement des enfants. Le commerce illégal d’eau polluée, décolorée par des combinaisons chimiques puis vendue « sous le manteau », comme de l’eau potable mais à des prix plus abordables, est une des causes de la propagation de l’épidémie. Il convient d’y ajouter les contaminations liées à l’état lamentable de notre système de distribution », précise son porte-parole.

Suite aux négligences de plus en plus courantes des services d’entretien, les accidents et carences d’approvisionnement ne cessent de se multiplier. Les ouvriers, intérimaires, très mal payés, n’y sont pour rien. Ils ne disposent pas des outils nécessaires aux réparations et doivent se contenter la plupart du temps d’apposer des rustines géantes sur des trous béants. Les inondations ont lieu, le plus souvent, dans les quartiers les plus défavorisés, là où les habitants ne peuvent pas payer les frais supplémentaires liés aux réparations.


C.M.

Télécharger l'article complet en PDF

 
<< Début < Précédent 1 2 Suivant > Fin >>

porno seyret travesti porno trbanlı porno sex hikayesi istanbul escort porno seyret porno