Click on the slide!

A la Une

La plupart des gens travaillent jusqu’à leur mort, ou presque… Le coût exorbitant de l’accès à l’eau potable et aux…

Suite...
Click on the slide!

Etat d'alerte à Wavre

La milice privée du quartier résidentiel de Wavre s’en prend à un jeune braqueur tandis qu’à Nivelles, la violence explose…

Suite...
Click on the slide!

Douze ans de privatisation des chemins de fer belges : une longue série de fiascos

On nous avait dit que la reconversion de la SNCB en entreprise privée améliorerait la qualité des services et permettrait…

Suite...
Click on the slide!

L'avenir de l'enseignement

La « Flexsécurité », ce n’est ni nouveau ni spécifique à la Belgique. En effet, c’est dans les années 1990,…

Suite...
Click on the slide!

A la T.V. ce soir...

En difficultés financières, depuis la renégociation de son contrat-programme, la télévision publique s’est vue contrainte de raboter ses émissions. Les…

Suite...
Click on the slide!

La loterie de la solidarité - 1er tirage

Tentez votre chance à la grande loterie de la solidarité et découvrez comment via nos impôts et nos cotisations sociales…

Suite...
Click on the slide!

Société : L'impôt, bouc émissaire de la crise

Une étude récente le confirme : nous ne savons toujours pas à quoi servent nos contributions… Drôle d’époque, non ?…

Suite...
Click on the slide!

Hôpitaux psychiatriques fermés

Le dernier hôpital psychiatrique du pays a fermé ses portes hier suite aux réductions massives des cotisations sociales ces dernières…

Suite...
Click on the slide!

Bilan mobilité des années 20 : La quadrature des roues

Un manque criant d'investissements et une absence totale de prévisions politiques ont rendu la mobilité insupportable sur les grands axes…

Suite...
Click on the slide!

Interview : Les Services publics, c'était quoi?

Les services publics disparaissent peu à peu. Privatisés pour les uns, purement et simplement supprimés pour les autres. Combien sommes-nous…

Suite...
Click on the slide!

Les retraites en deuil : Tristesse à Flobecq

Sébastien Maes, l’un des derniers bénéficiaires de l’ancien système de pension légale, est mort dimanche dernier à l’âge de 71…

Suite...
Click on the slide!

L'Europe en proie à des pénuries d'eau potable

La construction de nouveaux boucliers antimissiles aux abords des cours d’eau les plus larges d’Europe est à l’origine de la…

Suite...
Click on the slide!

Réforme de l'enseignement obligatoire : trois bon points pour le ministre Préaux

L’opposition réclamait la réforme de l’enseignement depuis belle lurette. Il devenait en effet difficile de contraindre les parents à inscrire…

Suite...
Click on the slide!

Petite enfance

On savait que le dernier centre de consultations de l'Office de la Naissance et de l’Enfance (O.N.E.), situé à Verviers,…

Suite...
Click on the slide!

Troc et Broc

Il est 5h du matin, et comme chaque lundi devant la gare de Gedinne les affaires commencent pour Rachid, coordinateur…

Suite...
Click on the slide!

Le Ras-le-bol des bénévoles de la "Soupe populaire" !

La décision prise la semaine dernière d'arrêter la distribution de la soupe populaire et des colis alimentaires est en contradiction…

Suite...
Click on the slide!

Football : Adieu l'Euro 2036 !

La reconstruction du stade Roi Baudouin est à nouveau reportée. L’information est tombée hier après-midi lors de la conférence de…

Suite...
Click on the slide!

Forma-Pute ou comment vendre son corps en toute sécurité ?

Forma-Pute a ouvert son école itinérante il y a maintenant trois mois. Christine, sa fondatrice, explique avoir eu l'idée grâce…

Suite...
Click on the slide!

Les Hostos du coeur : Franc succès pour la première soirée des "Emplâtrés"

Hier soir, la première soirée des « Emplâtrés », animée par le toujours jeune Naqui, a permis de récolter des…

Suite...
Click on the slide!

Enfin des congés efficaces !

Depuis peu, une nouvelle façon de valoriser les week-ends ou les quelques jours de congés payés auxquels ont encore droit…

Suite...
Click on the slide!

Le taux de natalité est en hausse en Wallonie

Le département de la démographie de l’Administration des Pouvoirs locaux de la Région Wallonne vient de publier son rapport annuel.…

Suite...
Click on the slide!

La Ville de La Louvière ne peut pas remplacer la grande échelle des pompiers

Les hommes du feu de La Louvière avaient constaté d’importants dégâts à la grande échelle après leur intervention à la…

Suite...
Click on the slide!

Tragique méprise à Wellin : un jeune homme abattu par la milice

Le seul tort de la victime : être dehors ! Hier à Wanze, un jeune homme de 22 ans a…

Suite...
Frontpage Slideshow (version 1.7.2) - Copyright © 2006-2008 by JoomlaWorks
Accueil Le journal Emploi - formation

Qu'en pensez-vous?

Partager !

L'impopulaire - Emploi et Formation
L'avenir de l'enseignement PDF Imprimer Envoyer

LAVENIR_DE_LENSEIGNEMENT_CT_320x200La « Flexsécurité », ce n’est ni nouveau ni spécifique à la Belgique. En effet, c’est dans les années 1990, que la prise de conscience de ce processus de « destruction-création » d’emplois a conduit certains gouvernements à s’y intéresser. A l’époque, l’intention n’était pas de défendre des emplois parfois condamnés par les restructurations et délocalisations d’entreprises, mais plutôt de se centrer sur la création de nouveaux emplois en sécurisant, d’une part, les parcours des salariés appelés à changer de métier, et d’autre part, en adaptant le contenu des programmes de formation au besoin des entreprises privées. Ce système voulait allier la « flexibilité » (plus de facilité pour un chef d’entreprise de licencier son employé) à la « sécurité » (le travailleur bénéficie d’une forte indemnisation ainsi que la possibilité de suivre des formations pour retrouver plus facilement un nouvel emploi).

Depuis lors, en Belgique, ce système a pris une telle amplitude qu’il a atteint ses limites. Cette plus grande flexibilité n’a jamais été compensée par un renforcement des droits des salariés licenciés, et ceci malgré les fortes incitations à reprendre un emploi, les dispositifs de réorientation, les nombreuses formations proposées etc. Maintenant, les travailleurs en inoccupation forcée – dont 35 % de jeunes diplômés – ne trouvent plus d’emplois.

Télécharger l'article complet en PDF

Pub-fortish-banque-640x480

Lire la suite...
 
Réforme de l'enseignement obligatoire : trois bon points pour le ministre Préaux PDF Imprimer Envoyer
RFORME_DE_LENSEIGNEMENT_OBLIGATOIRE_JFR_320x200

L’opposition réclamait la réforme de l’enseignement depuis belle lurette. Il devenait en effet difficile de contraindre les parents à inscrire leurs enfants dans une école alors que la plupart n’avait plus la possibilité de payer les frais scolaires. C’est avec un soulagement non dissimulé que le Ministre a présenté sa réforme hier soir. « Bien que certains (ndlr : l’opposition) aient réclamé plus d’intervention de l’Etat, j’ai décidé en concertation avec le Gouvernement, que nul argent public ne serait dépensé pour refinancer le secteur. Il n’y a en effet aucune raison, pour que les riches ou ceux qui n’ont pas ou n’ont plus d’enfants en âge de scolarité, paient pour les autres ».

Volontariste, il précise : « Il fallait une réforme qui irait de l’avant, basée sur le bon sens. Mon projet est simple et tient en trois points : 1) L’abaissement de l’âge de l’obligation scolaire à 14 ans. Cette mesure permettra de soulager le portefeuille des parents et mettra un terme à la surpopulation scolaire ; 2) La location des places pour éviter la privatisation de l’école, 3) L’option « Job@school » qui permettra aux élèves qui le souhaitent de réaliser divers travaux d’entretien au sein de l’école contre rémunération. Ils pourront ainsi payer leurs études, apprendre différents métiers, sauver l’emploi des enseignants et entretenir les bâtiments scolaires. »

On ne sait pas encore très bien comment réagiront les différentes fédérations de parents et d’enseignants à cette proposition de réforme.


Se. S.

Télécharger l'article complet en PDF

 
De la fiction à la réalité... Enseignement et formation PDF Imprimer Envoyer
Actuellement, l’enseignement, en Wallonie et à Bruxelles, se structure en trois réseaux : l'Enseignement de la Communauté Française, l'Enseignement Officiel communal et provincial et l'Enseignement Libre. Ces trois réseaux sont financés grâce à nos impôts. Quelques chiffres suffisent à comprendre : 2.931 établissements scolaires (des écoles maternelles aux universités), 114.868 emplois à temps plein, 5,5 milliard d’euros de budget pour l’année scolaire 2006-2007 dont 9,3 millions d'euros pour la formation et 112 millions d'euros pour la recherche scientifique. Ces montants permettent à 1.287.373 élèves de bénéficier d’un enseignement de qualité financé à 95% par la Communauté française.

Les Régions proposent aussi de nombreuses formations aux travailleurs et aux entrepreneurs comme le chèque-formation à la création d’entreprise, des formations en alternance, les formations professionnelles en agriculture, les formations dans les OISP (Organismes d’insertion Socio Professionnelle), les formations dans des EFT (Entreprises de Formation par le Travail) ou encore les formations proposées par le FOREM et ACTIRIS aux demandeurs d’emplois dans différents secteurs d’activités : informatique, télécommunications, construction, transport, tourisme, environnement etc…

Nous avons tous reçu un enseignement de qualité quasiment gratuit. Aujourd’hui, nos enfants ou petits enfants en bénéficient à leur tour. L’école et les autres filières de formation sont aussi un atout majeur de notre développement économique et social. L’impôt rend l’enseignement obligatoire accessible à tous. Demain, d’autres générations doivent aussi en profiter… à moins que des baisses d’impôts importantes n’en grèvent les moyens.

Dans ce scénario, ce serait alors à nous de prendre financièrement en charge la formation de nos enfants. Actuellement, ce coût se monte à près de 170.000 € par élève de la maternelle à l’université. Une dépense qui, pour la plupart d’entre nous, est hors de portée et que l’Etat prend en quasi-totalité à sa charge.
 
Brève PDF Imprimer Envoyer
  • DONATION

Albert Père vient de faire une donation à l'enseignement associatif. Touché par le nombre d'enfants errants dans les rues parce que leurs parents – dont certains sans emploi - n'ont pas les moyens de les envoyer à l'école, le milliardaire a versé 100 millions d'euros à l'ASBL « École pour tous ». Rappelons que plusieurs sociétés dont Albert Père est actionnaire ont licencié plusieurs milliers de personnes ces trois dernières années.

  • EMPLOI

La nouvelle loi sur les chanteurs de rue vient d'être adoptée par le Parlement. Désormais, ils pourront travailler du dimanche au vendredi, de 9h à 21h, et le samedi de 10h à 23h. Les listes d'inscription sont disponibles sur www.chanterpourmanger.be.

Télécharger l'article complet en PDF 1/2

Télécharger l'article complet en PDF 2/2

 
Forma-Pute ou comment vendre son corps en toute sécurité ? PDF Imprimer Envoyer

Formapute_CT_320x200Forma-Pute a ouvert son école itinérante il y a maintenant trois mois. Christine, sa fondatrice, explique avoir eu l'idée grâce aux réflexions de quelques clients déçus.

« N'importe qui vend ses charmes sur le trottoir ou ouvre les portes de son domicile à présent, histoire d'avoir de quoi payer l'école, ou le médecin... Mais si tout le monde se vend, tout le monde ne le fait pas bien ! » Prostituée depuis 10 ans, Christine a décidé de partager son expérience avec des novices. Forma-Pute se déplace de ville en ville pour des séminaires de quatre jours. Christine, accompagnée de deux formateurs, d’une sexologue et d’un médecin hygiéniste, y expliquent aussi bien le B.A.-BA de la prostitution (codes, pratiques, confidentialité), que les trucs et astuces physiques ainsi que le respect du corps (santé et sécurité). « Investir dans les préservatifs est essentiel, autant que dans la lingerie et les savons intimes. Mais à côté de la formation-santé, je coache aussi les participants au self-defense », souligne Aurélie, formatrice santé-sécurité.

L’association est aussi un réseau de professionnels. La carte de membre coûte plus cher que la simple participation au séminaire, mais l'investissement en vaut la peine. Les membres sont contactés régulièrement, ils bénéficient gratuitement de soins spécifiques dans certains hôpitaux et peuvent faire appel à un agent de sécurité en cas de problème avec un client. Membre depuis la première formation, Marc est enchanté : « Voilà quelques années que je propose mes services quelques heures par semaine pour pouvoir payer mes soins dentaires. J'ai eu parfois des problèmes, et c'était dur de les régler seul. J'ai dû beaucoup découvrir par moi-même, mais avec Forma-Pute, j'ai toutes les réponses à mes questions, et je fais partie d'un réseau efficace. Finies les arnaques ! »


L. V.

Télécharger l'article complet en PDF

 
<< Début < Précédent 1 2 Suivant > Fin >>

porno seyret travesti porno trbanlı porno sex hikayesi istanbul escort porno seyret porno